jeudi 28 septembre 2017

Karine Giebel - Chiens de sang

Editions Fleuve / Pocket
282 pages / 253 pages
14.90 € / 6.30 €





L'histoire :

Courir; toujours plus vite. Plus loin. Fuir la mort qui plane au-dessus d'eux; oiseau de proie aux ailes gigantesques dont l'ombre les dévore déjà. Diane a choisi la fuite. D'instinct. Elle sait qu'ils sont derrière. Juste derrière. Avance minime, infime. Comme son espérance de vie, désormais. Pourtant, elle marche. Pourtant, elle veut vivre. Rémy avance. Avec le poids de la peur qui comprime son cœur. Le poids de la fatigue, comme un boulet enchaîné à ses jambes. Il devrait être ailleurs, en ce moment même. En compagnie de sa femme et de sa fille. Mais non, il est là, errant dans ces bois inhospitaliers, avec ces inconnus qui fuient comme lui. Il est devenu une proie. Rien qu'une proie. Il n'existe plus. Déjà mort. Alors, pourquoi a-t-il aussi peur? Le monde est ainsi fait, qui ne changera jamais. Les chasseurs d'un côté, les proies de l'autre.


L'extrait :

« Démonstration implacable qui brise les dernières chimères de Rémy. Même s'il a appris la cruauté humaine par la force, il ne peut se résoudre à accepter que ses semblables soient capables de ça. D'une telle horreur. Ses petits camarades, eux, paraissent moins abasourdis. Sans doute ont-ils vécu ou simplement vu des choses si dures qu'ils savent jusqu'où l'humain peut aller."


Mon avis :

Il s'agit là de mon deuxième roman de Karine Giebel. Le premier (le purgatoire des innocents) avait été un véritable coup de cœur.
Cette fois-ci pas de coup de cœur mais une lecture tout de même très plaisante.

Ce livre nous plonge dans deux histoires reliées par un infime détail et par un même sujet : la violence. 
Diane s'est trouvée au mauvais endroit, au mauvais moment. Un événement auquel elle va assister sera le déclencheur de réactions violentes et scellera son destin. Réactions en chaîne, dynamique de groupe, on se rendra compte que la violence est aussi contagieuse qu'une maladie.
Rémy, quant à lui, ne peut pas s'en prendre à un "mauvais coup du sort" mais véritablement à une personne (voire plusieurs), bien identifiable. Il se confrontera à la cruauté humaine telle qu'on ne peut même pas l'imaginer. 

Le point fort de ce livre est indéniablement le rythme. Nous passons 24 heures dans la peau de Diane et Rémy. Les phrases sont courtes et percutantes. Les personnages sont pris dans une course effrénée, de même que le lecteur. 

La fin apporte tout juste la bonne dose  de bonnes et de mauvaises nouvelles pour rester réaliste et en adéquation avec le reste du roman.

Ce livre très court se lit en quelques heures et ne laisse pas son lecteur indemne. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire