jeudi 7 septembre 2017

Donato Carrisi - Le chuchoteur

Editions Calmann-Lévy / Le livre de Poche
438 / 569 pages
22.25 € / 7.90 €





Je suis lancée dans les thrillers alors autant en lire un "classique". J'en ai entendu parler des centaines de fois sans jamais oser le lire. Peut-être à cause de la couverture qui me donne des frissons. 
Autant vous dire tout de suite que questions frissons, le contenu m'a bien contentée.


L'histoire :

Cinq petites filles ont disparu. 
Cinq petites fosses ont été creusées dans la clairière. Au fond de chacune, un petit bras, le gauche.
Depuis qu'ils enquêtent sur les rapts des fillettes, le criminologue Goran Gavila et son équipe d'agents spéciaux ont l'impression d'être manipulés. Chaque découverte macabre, chaque indice les mènent à des assassins différents. La découverte d'un sixième bras, dans la clairière, appartenant à une victime inconnue, les convainc d'appeler en renfort Mila Vasquez, experte dans les affaires d'enlèvement. Dans le huis clos d'un appartement spartiate converti en QG, Gavila et ses agents vont échafauder une théorie à laquelle nul ne veut croire : tous les meurtres sont liés, le vrai coupable est ailleurs. Quand on tue des enfants, Dieu se tait, et le diable murmure...



L'extrait :

Nous les appelons "monstres" parce que nous les sentons loin de nous, et donc nous les voulons "différents", disait Goran dans ses séminaires. Au contraire, ils nous ressemblent en tout et pour tout. Mais nous préférons balayer l'idée qu'un de nos semblables est capable de telles atrocités. En partie pour absoudre notre nature. Les anthropologues appellent ça la "dépersonnalisation du coupable", et cela constitue souvent le principal obstacle à l'identification d'un tueur en série. Car un homme a des points faibles et peut être capturé. Pas un monstre. "

Mon avis :

Est-ce que si je dis juste "Wahou" c'est suffisant comme avis ?

La quatrième de couverture ne le cache pas, les victimes de ce thriller sont des enfants. Et là on sait déjà que ça va être compliqué et dérangeant. Très dérangeant.

La narration prend trois formes différentes : des échanges écrits entre un directeur de prison et le bureau du procureur à propos d'un détenu dont l'identité est inconnue, l'avancée de l'enquête sur la disparition des cinq fillettes et les pensée d'une petite fille séquestrée et non identifiée.
C'est clairement l'histoire de Mila au sein de l'équipe de recherche qui occupe la plus grande place. Les autres "histoires" sont secondaires si on parle en nombre de pages mais indispensables à l'intrigue.

L'enquête en elle-même est malaisante (normal pour un thriller, à moins d'être une sorte de dingue on ne peut pas lire ça en sifflotant) mais pourtant addictive. Tout est tellement atroce qu'on a envie de savoir ce qui a pu passer dans la tête du meurtrier pour qu'il en arrive à de telles extrémités. Et c'est grâce à Goran, criminologue et membre de l'équipe d'enquête, qu'on en apprendra plus sur les différents types de psychopathes, leurs motivations et leurs méthodes. De quoi donner quelques frissons.

Même les enquêteurs sont intéressants. On apprend petit à petit l'histoire de chacun, on s'attache à eux comme si on faisait partie de l'équipe. 
Chacun d'entre eux a son lot de révélations à faire. Une équipe de choc ! 

Ce livre est un véritable page-turner. Il ne se passe pas un chapitre sans un retournement de situation ou une avancée dans l'enquête. Autant dire que j'ai eu du mal à le lâcher. 
Et la fin, qu'en dire ? L'auteur nous laisse très rapidement savoir qui est le meurtrier. Mais là où il surprend son lecteur, c'est par la méthode employée et la révélation d'une autre partie de son identité à laquelle je n'aurai jamais pensé. Les dernières pages m'ont littéralement laissée avec la bouche ouverte.

Alors avis à tous les fans de thrillers qui n'ont pas encore lu le chuchoteur : foncez ! Quant à moi je vais très rapidement me procurer la suite des aventures de Mila.

1 commentaire:

  1. C'était mon premier de Donato Carrisi et j'ai eu un vrai coup de cœur pour ce roman. Je termine "La fille dans le brouillard" et même si j'aime beaucoup, je ne retrouve pas l’enthousiasme que j'ai ressenti avec "Le chuchoteur". Je n'ose pas lire sa suite, par crainte d'être déçue.

    RépondreSupprimer