lundi 28 août 2017

Amélie Nothomb - Frappe-toi le cœur

Editions Albin Michel
180 pages
16.90 €




Comme chaque année, j'attendais le nouveau roman d'Amélie Nothomb avec une impatience mêlée d'une petite touche d'appréhension. Vis-je l'aimer ou le détester ? Avec cette auteures, pas d'autre choix. Aucun de ses livres ne m'a laissée insensible mais ils ne m'ont pas tous marquée dans le bon sens du terme.


L'histoire :

« Frappe-toi le cœur, c’est là qu’est le génie. » Alfred de Musset


L'extrait :

"Le plus beau garçon de la ville s'appelait Olivier. Élancé, très brun comme un méridional, il était le fils du pharmacien et reprendrait ce métier. Gentil, drôle, serviable, il plaisait à tous et à toutes. Ce dernier détail n'avait pas échappé à Marie. Elle n'eut qu'à paraître et le tour fut joué : Olivier tomba fou amoureux d'elle. Marie savoura que cela se vît tant. Dans le regard des filles, l'envie douloureuse laissa place à la haine et la jouissance qu'elle éprouva à être ainsi contemplée la fit trembler."


Mon avis :

Encore une fois, pas vraiment d'indice sur l'histoire à venir. J'ai donc ouvert le livre sans à priori sur le thème et sans aucune idée de ce qui m'attendais. 
Attention spoilers, Amélie Nothomb a cette année décidée de traiter des relations mères-filles. 

A peine acheté, il m'a fallu lire les premières pages, simplement pour prendre une bonne claque avec l'écriture s particulière de l'auteure. Même si les sujets abordés ou les manières de les traiter ne sont pas toujours à mon goût, je n'ai personnellement aucun reproche à faire à la plume d'Amélie Nothomb. Sa personnalité atypique transparaît parfaitement dans ses écrits et c'est chaque fois un plaisir de la lire ou de l'entendre.

Le premier chapitre met directement dans l'ambiance. On y fait la connaissance de Marie, une jeune femme à qui tout réussit et qui, pour être heureuse, n'a besoin que d'une chose : être enviée par tout le monde. Elle veut ce que les autres veulent de manière à les rendre jaloux. Elle a besoin de la jalousie des autres pour s'épanouir et se sentir exister. Autant dire qu'en quelques lignes, je détestais déjà ce personnage. Et la suite ne va pas en s'arrangeant puisque les 150 pages à suivre vont développer ses relations avec ses enfants, en particulier Diane sa fille aînée. 
La petite admire sa mère et l'évoque même comme "la déesse" dans les premières années de sa vie. Malheureusement pour elle, elle est trop parfaite pour sa mère. Cette dernière ne ressentira envers elle que de la jalousie. Alors comment se construire sans l'amour d'une mère ? Est-ce possible devenir une femme accomplie sans figure maternelle ?


Ce roman est centré sur les femmes. Les hommes sont présents tout en étant absents et restent au second plan. 

L'histoire est poignante et les personnages, quoique quelque peu stéréotypés, servent bien le thème choisi : la mère absente ou surprotectrice, le père aveuglé par les sentiments qu'il porte à sa femme, l'enfant en quête d'amour, ...

Le seul reproche que je pourrai faire à ce livre concerne Diane. Je trouve que l'auteure lui prête des propos trop matures pour son âge. 
Toutefois, le réalisme n'est pas le but de ce roman et les réflexions sont parfaitement amenées, simplement trop poussées pour une enfant. 

Pour résumer, le roman de cette année a été une très bonne surprise et je serai bie au rendez-vous l'année prochaine.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire